Maisons de Bretagne
Maisons de Bretagne
Maisons de Bretagne

Diagnostics contradictoires : l’acheteur peut-il en planifier avant un achat immobilier à Pont-Aven ?

Partager sur :

Moins connus que les diagnostics techniques classiques, les diagnostics contradictoires sont des contre-expertises réalisées sur ordre de l’acheteur. Contrairement aux premiers, ils ne sont pas obligatoires, mais peuvent être conseillés dans certains cas. Voici ce qu’il en est. 

Qu’appelle-t-on diagnostics contradictoires ?

Il s’agit des mêmes diagnostics que ceux commandés par le propriétaire-vendeur, mais dans ce cas-ci, ils sont effectués à la demande de l’acheteur. C’est lui qui en prend l’initiative, c’est lui qui contacte les diagnostiqueurs de son choix, mais ils doivent être différents de ceux mandatés par le vendeur, et c’est lui qui s’acquitte des frais induits. 

Quel est l’intérêt des diagnostics contradictoires ?

Ils permettent d’investir en réelle connaissance de cause. C’est un moyen de vérifier que le contenu des premiers rapports de diagnostics, ceux qui composent le DDT, est correct, complet et à jour. Une comparaison entre les premiers et les seconds résultats est effectuée pour détecter d’éventuelles incohérences ou erreurs. 

Que faire en cas de diagnostics erronés ?

Si dans le cadre d’un achat immobilier à Pont-Aven, les diagnostics contradictoires mettent en exergue de fausses informations qui sont préjudiciables à l’acheteur (surface Carrez réelle inférieure à celle déclarée dans le premier rapport par exemple), ce dernier peut avoir recours. Soit il renégocie le prix de vente, soit il annule la transaction lorsque l’erreur rend le bien inadapté à ses besoins. 

Il faut noter que ces contre-expertises peuvent être entreprises même après la signature de l’acte de vente. Il faut cependant les planifier au cours des 12 mois qui suivent, car au-delà de ce délai, aucun recours ne sera plus possible même en cas d’erreurs.

Enfin, si les erreurs vont en faveur de l’acheteur, le vendeur ne peut plus augmenter le prix de vente si l’offre d’achat a déjà été acceptée. Pour ne pas vendre à perte, il doit toujours confier les expertises à des diagnostiqueurs certifiés pour pouvoir se retourner contre eux le cas échéant.